Le Bigorneau confiné, numéro 7

Que regarder la mer procure de l’apaisement est un poncif. L’immensité qui en met plein la vue, tout ça tout ça, on connaît par cœur.

L’erreur, c’est de convoquer la vue.

Ce n’est pas une affaire de regard.

C’est une affaire de souffle.

N’être qu’un observateur condamne à rester à l’extérieur du cadre, alors qu’il faut s’inclure dedans. L’apaisement arrive  lorsqu’on se laisse emporter par la grande respiration.

Une forêt, ou la montagne,  ont un souffle aussi puissant que la mer.

Quel plus grand luxe, ces jours-ci,  que de n’avoir qu’à franchir sa porte pour atteindre le grand dehors, et se laisser embarquer dedans ?

Comment nous joindre ?

Association AJD
BP 2
29870 LANNILIS.

Ou

info@belespoir.com

Et si besoin : 02.98.04.90.92